LE PARC L' HISTOIRE, LA FAUNE ET LA FLORE.    

Parque Nacional de Sierra Nevada. Parque Natural Sierra de Grazalema. Parque Natural Entorno de Doñana. Parque Natural Bahía de Cádiz. Parque Natural Sierra de Tejeda, Almijara y Alhama. Parque Natural Sierra de Cazorla. Página Principal parques Naturales de Andalucía. Parque Nacional de Sierra Nevada. Parque Natural Sierra de Grazalema. Parque Natural Entorno de Doñana. Parque Natural Bahía de Cádiz. Parque Natural Sierra de Tejeda, Almijara y Alhama. Parque Natural Sierra de Cazorla. Página Principal parques Naturales de Andalucía. Parque Nacional de Sierra Nevada. Parque Natural Sierra de Grazalema. Parque Natural Entorno de Doñana. Parque Natural Bahía de Cádiz. Parque Natural Sierra de Tejeda, Almijara y Alhama. Parque Natural Sierra de Cazorla. Página Principal parques Naturales de Andalucía. Parque Nacional de Sierra Nevada. Parque Natural Sierra de Grazalema. Parque Natural Entorno de Doñana. Parque Natural Bahía de Cádiz. Parque Natural Sierra de Tejeda, Almijara y Alhama. Parque Natural Sierra de Cazorla. Página Principal parques Naturales de Andalucía.

 

 

 

 

 

 

 

Au milieu de la côte atlantique, formé par un grand mosaïque de paysages de plages, de plaines boueuses et de marécages, est situé le « Parc Naturel Baie de Cadix »
Déclaré Parc naturel le 28 juillet 1989, il a une superficie de 10522 ha, englobant les communes de Cadix, San Fernando, Chiclana de la Frontera, Puerto Real et Puerto de Santa María.
Sa situation singulière entre le Parc de Doñana, tout proche, et l' Étroit de Gibraltar, convertit la baie de Cadix en une zone clé qui favorise les cycles migratoires d'une infinité d'oiseaux.
Leur habitat, formé de plages vierges, de marais, de marais salants et de pineraies, accueille la reproduction hivernale et la migration de plus de 200 espèces d'oiseaux aquatiques.
L'extraction de sel et la pêche côtière ont été les exploitations les plus traditionnelles de la baie. La technique de la production du sel s'est conservée telle quelle pendant des siècles. La pénétration de l'onde de marée et l'embouchure des fleuves Guadalete et San Pedro, unies au doux climat méditerranéen, déterminent les caractéristiques écologiques de ces terres humides et leur grande diversité paysagiste de plages, dunes, lacunes, marais et étiers (sorte de bras de mer).

L'onde de marée pénètre dans des étangs successifs, grâce à tout un réseau de canaux, d'étiers et à un système de vannes,  servant d'alimentation. Alors les vents du Levant et la forte insolation provoquent une évaporation intense et la cristallisation du sel.

Malgré la forte pression de l'activité humaine, il existe encore des zones qui se conservent presque intactes, comme les marais de Sancti Petri, où l'on trouva, à proximité,  des vestiges Phéniciens et Romains, comme le Temple d' Hercules et l'ancien port au « Caño del Trocadero » ( Chenal du « Trocadero », mot espagnol provenant du mot « Trueque »: échange, troc). Tous ces parages ont été déclarés  Sites Naturels.
Il existe aussi des bâtiments militaires et des vestiges de l'une des voies ferrées des plus anciennes d'Espagne. Il faut mentionner que l'importante valeur stratégique et défensive de cette zone favorisa bientôt l'apparition de peuplements humains dans la baie de Cadix  qui se remontent à 3. 000 ans, et qui nous ont légué un exceptionnel patrimoine de fortifications.
Malgré le passage du temps, la baie de Cadix conserve un exceptionnel patrimoine d'anciennes fortifications, une grande valeur historique et architectonique. Celles-ci jouèrent un rôle très important pendant la guerre de l' Indépendance. Les villes de San Fernando et de Cadix furent les seules à résister les sièges.

La vie de beaucoup des habitants de la région s'organisait autour des salines, ce qui a conditionné leur subsistance depuis la nuit des temps et a marqué leur caractère.
La grave crise des salines provoqua le comblement progressif  des marais salants   et le dessèchement de milliers d'hectares de marécages pour l'utilisation urbaine, industrielle ou agricole.
 Aujourd'hui la plupart des marais salants ont été transformés en bassins salés piscicoles. On y exploite des palourdes, des huîtres, des loups de mer, des soles, des mulets cabot et des caramottes  ou crevettes « Penaeus kerathurus ». Pourtant quelques marais naturels ont été conservés dans de petites enclaves presque vierges.

Ainsi, l'extraction du sel a laissé place à d'autres activités comme l'élevage de mollusques dans les étiers, la pêche côtière et une aquiculture énergique, principales ressources de la région.

À proximité se trouve aussi le « Parque Natural del Estrecho » (Parc Naturel de l' Étroit « de Gibraltar ») qui englobe les communes de Algeciras et de  Tarifa, cette dernière ayant la catégorie d' Ensemble Historique. Son patrimoine culturel est un autre attrait du Parc, dû aux nombreux vestiges archéologiques existants dans l'ancienne ville romaine de Baelo Claudia, déclarée Monument Historique National. Son legs ne se limite pas seulement à la surface, car aussi son patrimoine sous-marin est important par la grande quantité de restes de naufrages se conservant dans la zone.

 
 
 
 
 
 

Dans une enclave environnementale depuis les environs de Barbate jusqu'à Caños de Meca et à l'intérieur des terres  jusqu'à Vejer de la Frontera, s'étend l'un des Parcs Naturels des plus réduits, le « Parque Natural de la Breña y Marismas de Barbate » (le Parc naturel de la Breña et les Marais de Barbate). On doit mentionner l'impressionnant Ravin de Barbate « el Tajo de Barbate » qui, avec ses plus de 100 m  de hauteur, est la falaise la plus notoire de la côte atlantique andalouse.

    La Faune et La Flore.
La diversité des écosystèmes existants, avec des marais, des dunes et des plages, ainsi comme un réseau de canaux et d'étiers, permet la présence de différentes formations végétales qui sont devenues l'habitat de nombreuses espèces. Par sa situation intermédiaire entre l' Étroit de Gibraltar et le Parc National de Doñana,   il s'agit d'une enclave privilégiée pour observer les oiseaux qui migrent entre l'Europe et l'Afrique.

La Faune: Cette enclave abrite quelques-unes des plus importantes colonies espagnoles de sternes naines, d'échasses blanches et d'avocettes élégantes. Sur les plages, le visiteur observera des fous de Bassan, des cormorans, des goélands leucophées et des espèces limicoles  comme des huîtriers pies ou pies de mer, ainsi que des bécasseaux sanderling, des barges rousses, des sternes et des gravelots à collier interrompu. D'autres habitants sont l'élégant flamant rose et le balbuzard pêcheur. 
Dans les zones boueuses sont abondants les murex, les palourdes, les clovisses, les crabes, les « camarones » (crevettes naines) et les bucardes.  Ils sont aussi présents dans les salins ou marais où sont capturés les « poissons d'étiers » comme les loups de mer, les soles, les dorades et les mulets cabots.

Il existe aussi une grande diversité d'avifaune. Nous signalerons ici des espèces comme les sternes  naines (avec quelques-unes des plus importantes colonies d'Espagne), les avocettes, les cigognes, les Aigrettes garzettes, les cormorans, et diverses espèces de mouettes, d' anatides migrateurs, et limicoles comme le chevalier cul-blanc et le courlis cendré.
   
Nous ne pouvons pas oublier le caméléon qui est un habitant très habituel de nos dunes.

 La Flore: Elle est formée par des espèces qui se sont adaptées aux milieux salins, aux inondations des marées et à un sol sablonneux. 
Dans les marais ou les salins, qui sont les vedettes du Parc, on trouve des plantes comme les spartines, les salicornes, et les sarcoconias, selon le niveau d'inondation. La végétation envahit aussi les dunes, en les stabilisant au fur et à mesure qu'elles s'éloignent de la côte.  De l'oyat à la claveline ou «rubia de mar » en passant par le panicaut maritime ou fenouil marin voilà des exemples des espèces végétales qui vivent dans ces dunes.  Tout autour poussent les pins parasols, accompagnés d'arbustes qui survivent stoïquement à la salinité du milieu. Comme exemples de la dense pineraie qui s'étendait entre  El Puerto de Santa María et  Puerto Real, il reste encore quelques enclaves comme « el Pinar de la Algaida » (La Pineraie de la Algaida) ou un petit bois de pins de presque six hectares dans le marais de  Sancti Petri, qui ont été déclarés Parages Naturels. Dans les marais nous pouvons trouver la salicorne ligneuse, l'obione faux-pourpier et  une espèce d'inule, la « ínula.cadero ».  Sur l'ÎLe de Trocadéro on peut observer des espèces des genres « Sarcocornia » et « Arthrocnemum »  et la graminée halophile la Spartine maritime.

 
 
 
 
camaleon en cadiz  
 
 
 
   
 
Historia, Fauna y Flora del Parque. Cómo llegar al Parque Natural de Bahía de Cádiz. Qué visitar en el Parque. Actividades en el Parque Natural. El Clima en el Parque. Gastronomía y Productos locales en el Parque. Artesania Local en el Parque. Fiestas en el Parque. Mapa del Parque. Parque Nacional de Sierra Nevada. Parque Natural Sierra de Aracena y Picos de Aroche. Parque Natural Sierra de Grazalema. Parque Natural Entorno de Doñana. Parque Natural Bahía de Cádiz. Parque Natural Sierra de Tejeda, Almijara y Alhama. Parque Natural Sierra de Cazorla. Página Principal parques Naturales de Andalucía. Quienes Somos. Donde estamos. Información Legal. Contactar con Parques Naturales de Andalucia. Mapa web Parques Naturales de Andalucía. Premios Parques Naturales Andalucia.