HISTOIRE, FAUNE ET FLORE  

Parque Nacional de Sierra Nevada. Parque Natural Sierra de Grazalema. Parque Natural Entorno de Doñana. Parque Natural Bahía de Cádiz. Parque Natural Sierra de Tejeda, Almijara y Alhama. Parque Natural Sierra de Cazorla. Página Principal parques Naturales de Andalucía.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Histoire

Les Sierras d’Alhama, Tejeda et Almijara constituent un impressionnant massif montagneux que forme une barrière géographique entre les provinces de Malaga et de Grenade.

Les Sierras de Tejeda et Almijara se trouvent dans la province de Malaga, au cœur de la Axarquia. Alhama représente la partie la plus occidentale de la province de Grenade. Du sommet du Pic de Tejeda, fort de ses 2065 mètres d’altitude, vous pourrez observer de superbes vues sur la côte méditerranéenne et les sierras voisines.

Rivières et ruisseaux descendent rapidement par les versants de ces sierras, en offrant des chutes d’eau spectaculaires, comme « Les arbres pétrifiés », l’eau calcaire ayant minéralisé d’anciens troncs. Dans certains cas, les eaux ont formé quelques-unes des gorges les plus impressionnantes, auxquelles on donne le nom de « cahorros ». On peut également noter la présence d’autres éléments géologiques d’importance : la grotte de Nerja, déclarée monument national, ainsi que le gouffre de La Maroma.
Bien que cet espace ait été marqué par la confluence de diverses cultures, les trois Sierras ont un fort héritage musulman avec des villages blancs dispersés dans des vallées et des montagnes d’accès difficile.   

Flore

Grâce à la présence abondante de marbre, dans ces sierras prédominent les tons blancs et gris des crêtes et des falaises.

Le type de végétation est essentiellement constitué de pinèdes, qui prennent leurs racines sur le sable blanc produit par la décomposition des marbres. Il est ainsi possible de voir se développer des espèces allant du pin d’Alep au pin sylvestre, aux besoins si différents ; mais aussi le pin parasol, le pin noir, le pin de Salzmann et même le pin de Monterrey, provenant de reforestations expérimentales anciennes. Ainsi on peut rencontrer des arbres et des arbustes comme le palmier nain (Chamaerops humilis), le Nerprun (Rhamnus cathartica), l’osyris (Osyris quadripartita), la camélée à trois coques (Cneorum tricoccum), ou encore le buis (Buxus balerarica), tous caractéristiques du proche littoral, mais aussi l’alouchier (Sorbus aria), l’amélanchier à feuilles ovales (Amelanchier ovalis), le cotonéaster (Cotoneaster granatensis), l’adénocarpe (Adenocarpus decorticans), le chêne tauzin (Quercus pyrenaica) ou l’érable (Acer granatense) qui peuplent les hauts sommets ombragés et parsemés de buissons de chamaephytes épineuses, parmi lesquelles prédominent les genêts et adénocarpes, comme Vella spinosa, Prunus prostrata, Erinacea anthyllis, Astragalus granatensis, Echinospartum boissieri, Hormatophylla spinosa et Genista lobelii. Il y a une petite tejeda, reliquat singulier d’une plante qui dut peupler le massif si intensément qu’il lui en a même laissé le nom et dont la valeur est le fait qu’elle soit l’espèce la plus méridionale de la Péninsule Ibérique et une des meilleurs du territoire andalou. Il est important de citer également les amas de  genévriers de Phénicie (Juniperus phoenicea) et d’éphèdres. Il ne faut pas non plus oublier le grand nombre de plantes herbacées, caractéristiques des sablières et des terrains rocailleux et qui sont, pour la plupart, endémiques.

Faune

Dans ces lieux couverts d’arbres et de rochers, il est fréquent d’observer de grands aigles en plein vol, parmi lesquels l’aigle royale et l’aigle de Bonelli. La population de chèvres sauvages, une espèce que l’on trouve exclusivement dans la Péninsule Ibérique, est largement représentée et présente un intérêt particulier. 

En ce qui concerne la faune, son importance principale réside dans l’étendue longitudinale du massif qui relie les Sierras de Malaga avec la toute proche Sierra Nevada et qui constitue la plus grande partie des montagnes Bétiques qui unissent les environs de Gibraltar avec le sud-est de la Péninsule. Un exemple clair de cet effet de vases communicants a été la récente colonisation du territoire par l’écureuil qui en moins de trois ans a peuplé l’ensemble du massif. Dans ce petit monde d’arbres et de rochers, nous devons mettre l’accent sur son avifaune : on peut noter la présence importante des grands aigles (aigle royal, aigle de Bonelli, aigle botté, circaète Jean-le-Blanc), faucon pèlerin, autour, engoulevent, oiseaux de la forêt comme les passereaux, et les oiseaux de montagne, parmi lesquels se trouvent les traquets (traquet rieur, traquet motteux, traquet oreillard), le merle de roche, le merle bleu et  l’accenteur alpin. Cependant, l’animal le plus connu de ces montagnes est le bouquetin d’Espagne. Cet endémisme de la faune ibérique, autrefois au bord de l’extinction, est aujourd’hui en plein essor. Dans le cas concret de Tejeda-Almijara, la gestion cynégétique de cette espèce, dans le cadre de la réserve nationale de chasse, a permis que la faible population enregistrée au début ait été multipliée par dix au bout de 25 ans, avec quelques 1 500 animaux seulement pour ce qui est de la partie du massif située dans la province de Malaga.

 

 
   
 
 
 


 
 


 
Historia, Fauna y Flora del Parque. Cómo llegar al Parque Natural de Bahía de Cádiz. Qué visitar en el Parque. Actividades en el Parque Natural. El Clima en el Parque. Gastronomía y Productos locales en el Parque. Artesania Local en el Parque. Fiestas en el Parque. Mapa del Parque. Parque Nacional de Sierra Nevada. Parque Natural Sierra de Grazalema. Parque Natural Entorno de Doñana. Parque Natural Bahía de Cádiz. Parque Natural Sierra de Tejeda, Almijara y Alhama. Parque Natural Sierra de Cazorla. Página Principal parques Naturales de Andalucía.